1 an à San Francisco

20 avril 2017 – 20 avril 2018

Et voilà, on a passé un an à San Francisco ! C’est un peu fou et en même temps ça ne l’est pas du tout ! Si vous n’aviez toujours pas compris que j’étais souvent partagée entre deux sentiments contradictoires en voilà un parfait exemple !

C’est fou de se dire qu’on vit aux Etats-Unis quand on y réfléchit un peu, et qu’on regarde le chemin parcouru… On a bien travaillé pour en arriver là et on est fiers d’avoir réussi ce défi et de continuer à avancer. Mais quand même, c’est une sacrée aventure. Parler une autre langue, découvrir quasiment chaque jour d’autres façons de vivre, d’interagir… qui façonnent à leur tout notre vision des choses.

C’est aussi maintenant complètement naturel. On habite à San Francisco, « on rentre chez nous » après des vacances en France. On y a pris nos petites habitudes, on a nos quartiers, nos balades favorites tout comme on pouvait les avoir à Paris. Tout n’est bien sûr pas parfait dans notre situation mais on est heureux et on s’y sent bien.

Un an de l’autre côté

De l’autre côté de l’océan, du monde presque, nous sommes à l’opposé de la plupart d’entre vous quasiment quand on regarde un globe. On vit en décalé à moins 9 heures. Peut-être vous avez parfois l’impression qu’on vit une vie « exotique » et vous avez certainement une vision un peu déformée de ce qu’on vit réellement, c’est normal 😊. On a plus de soleil et des palmiers c’est sûr, mais on a les mêmes problèmes du quotidien – si ce n’est plus ! – que n’importe qui. On vous partage ici nos voyages parce que c’est la partie la plus agréable mais on a aussi des journées où on a rendez-vous pour payer nos impôts (on peut vous parler de ça aussi si ça vous intéresse!). On fait les courses, on prends les transports en commun, on travaille… Il y a des jours avec et des jours sans. La grosse différence c’est la distance avec tout le monde: pour vous un couple d’amis loin versus tous nos amis et nos familles de l’autre côté ! Même si la technologie nous permet de rester en contact très facilement, ce qui est génial, c’est quand même pas pareil que de boire un apéro ensemble et votre contact nous manque!!

Vos questions

Notre bilan des 6 mois et notre F.A.Q étaient déjà pas mal complets mais on vous a quand même demandé si vous aviez d’autres questions par rapport à notre vie ici. N’hésitez pas à en poser d’autres en commentaires, on éditera l’article à mesure! Merci à Mélanie, Carine D, Laure-Anne et Carine R pour leurs questions !

  • Vous avez réussi à vous faire de nouveaux bons amis ?

Non ! Il y a plusieurs raisons à ça : il est assez difficile de lier des amitiés durables avec les Américains et il faut rencontrer des Américains (!). On a tous les deux des collègues avec qui on s’entend très bien cela dit. Il faudrait qu’on fasse davantage des activités qui nous permettent de rencontrer des gens… next challenge !

  • Les grosses chaleurs de l’été vous vous y habituez ?

Des grosses chaleurs à San Francisco ?? En été ? Les plus jolies saisons à San Francisco sont le printemps et la fin de l’été / l’automne (l’été indien quoi). Il fait beau et les températures tournent autour de 25. Cela monte rarement au-dessus mais si c’est le cas ça devient vite étouffant c’est vrai. On est loin cependant de certains étés français où il fait plus de 30 pendant plusieurs jours d’affilé. Si vous voulez trouver la chaleur dans la baie, il faut sortir de SF et de son micro-climat. A Sausalito au Nord, ou même à Oakland ou Berkeley à l’Est il fait souvent 3 à 4 degrés de plus. Juillet / Août c’est la période préférée de Karl et il fait rarement plus de 18 !

  • Vous regrettez pas les trajets à pied dans Paris ?

Paris et San Francisco font la même taille quasiment (si si) mais c’est vrai qu’il est plus simple de parcourir Paris à pied. Les collines rajoutent tout de suite un défi supplémentaire! L’avantage de San Francisco c’est qu’il y a moins d’habitants donc plus d’espace ! On a quand même pas mal marché dans la ville (parce qu’on aime bien ça!) et ça reste très sympa, surtout quand on commence à connaître les jolis trajets.

  • Vous envisagez de rentrer définitivement ou vous voyez rester encore longtemps ?

Notre visa est valable 5 ans et s’il est toujours difficile pour nous de se projeter aussi loin, après avoir fêté notre première année ici, on est sûr de vouloir rester encore un peu (entre 1 et 4 an de plus quoi :-p). Rien n’est gravé, on reste ouvert à tout ! Plusieurs choses sont sûres, on souhaite continuer à explorer l’Amérique et on ne sait pas où on irait si on devait rentrer en France ! On ne souhaite pas retourner à Paris à priori sans cependant savoir où aller… Ou alors aller dans un autre pays ?

  • Si vous voyez les perroquets colorés qui vous servent de pigeons parisiens ?!!

On les voyait beaucoup quand on habitait à Nob Hill (ou du moins on les entendait !) puisqu’ils vivent plutôt dans le Nord de la ville (Coït Tower / North Beach). Bastien les voit aussi vers son boulot, ils sont souvent entre Embarcadero et le Ferry Building.

  • Quel est votre plus gros «choc culturel» s’il y en a eu

Question difficile! Avec la difficulté supplémentaire que San Francisco ne reflète pas tout à fait les Etats-Unis comme on peut les imaginer. Mais peut-être la manière dont la société est tournée vers la consommation et l’argent. Beaucoup de choses et services en France sont au top et pour tout le monde, comme la santé. Ici, il faut de l’argent.

  • Est-ce qu’il y a un lieu qui vous manque ? Une habitude qui vous manque ?

Sortir prendre des verres avec les copains !! Et peut-être aussi l’accès à des activités culturelles facilement et pour pas cher. Je n’ai pas vraiment l’impression qu’un lieu en particulier nous manque cela dit. On se crée de nouvelles habitudes ici.

  • Si vous deviez apporter quelque chose (un concept, un resto, un aliment…) à San Francisco, ça serait quoi ?

Les petits restaurants « bistronomiques » (excusez le terme qui doit être typiquement parisien) où on peut bien manger pour pas trop cher comme on aimait en faire à deux ou avec les amis. Il y a de très bons restaurants à San Francisco, des cuisines du monde entier mais pas ce genre là qui doit être typiquement français. Pour Bastien un magasin de saucissons et pâtés qui ne coûtent pas un bras ! Les transports aussi. Sans doute le métro parisien à SF et le réseau TGV à travers tous les Etats-Unis (voir plus, comme le fait le Thalys !). C’est complètement réaliste vu la taille du territoire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.