Road-trip Canyons #3 – The Big One

- par dans

Aujourd’hui, nous atteignons enfin l’objet principal de ce road-trip ! Comme je vous le disais dans l’épisode #2, on en a pris plein les mirettes avec Antelope Canyon et Horseshoe Bend, alors est-ce qu’on peut vraiment voir quelque chose de plus fou ? Et bien oui ! Encore une fois c’est très différent mais c’est complètement amazing, awesome, unbelievable.

Quelques chiffres sur le Grand Canyon :

  • 2eme parc national le plus visité aux Etats-Unis
  • accueille plus de 5 millions de visiteurs par an
  • listé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO
  • s’étend sur près de 5000 km²
  • mesure 450 km de long sur 5 à 30 km de large
  • sa profondeur peut atteindre près de 1 mile (ils aiment bien dire ça, environ 1,6 km quoi)

L’arrivée au Grand Canyon

Il y a plusieurs « pièges » ici : les routes droites à n’en plus finir (même si souvent elles offrent des vues bien dégagées sur l’horizon) et les mesures en pieds. Je ne m’y fait toujours pas : ça ne veut rien dire pour moi. Je voyais quelques panneaux au bord de la route mais sans bien y prêter attention. Et puis, au bout d’un moment, les oreilles se bouchent, la voiture a du mal à avancer et tu rends comptes que ça monte mine de rien. Et quand tu vérifies combien font 6,000 ft, tu réalises que tu arrives doucement mais surement à 2000 m d’altitude. Seulement quand tu ne conduits pas sur des routes en lacet, ça fait un peu bizarre !

On aperçoit pourtant au loin les premiers canyons, qui à l’instar de Horseshoe Bend, sont un peu cachés dans des plateaux très grands. C’est bête mais être sur un plateau, ça perturbe un peu notre perception des éléments.

La deuxième chose surprenante en arrivant à l’entrée du parc, c’est qu’on traverse une forêt ! C’est la Kaibab National Forest qui s’étend sur près de 6,500 km² de part et d’autre du Grand Canyon. Quand on voit les images du Grand Canyon, on voit de la roche, c’est très minéral. Et pourtant, il y a beaucoup de vert et d’arbres tout autour, en particuliers des pins, même si cela varie selon l’altitude.

Les premiers points de vue

Après avoir traversé une partie de la forêt, nous voici enfin à l’entrée du parc ! Une fois les cartes récupérées, on se dirige tout de suite au premier point de vue : Desert View et sa watchtower. Comme on roulait dans la forêt auparavant, c’est la première vue dégagée qu’on aura sur le canyon. Le ciel est bien gris mais lorsque l’on arrive à la plateforme d’observation, on oublie rapidement ce détail.

La vue est grandiose. Le canyon se dessine devant nous et on aperçoit en petit, tout en bas, des bouts du Colorado. On imagine déjà la profondeur sans bien en prendre la réelle grandeur. Ici, une tour reconstituée selon les méthodes de fabrication indienne permet de dominer encore plus le paysage environnant. On commence aussi a en apprendre un peu plus sur la formation du canyon, sur certains événements qui s’y sont déroulés…

Un trésor géologique

On enchaîne ensuite tous les points de vue qui s’offrent à nous avant d’atteindre le Visitor Center. On peut alors profiter plus pleinement du paysage en suivant les sentiers qui longent la faille. Cette partie du parc est vraiment bien faite, et se balader aussi bien à pied, qu’en vélo, en navette ou en voiture est très agréable. On s’arrêtera pour suivre une intervention sur la géologie du lieu donnée par une des rangers. L’occasion d’en apprendre plus sur ces impressionnantes couches de roches que l’on devine en face de nous. C’est toute l’histoire de la terre qui est là sous nos yeux… C’est fou.

Le coucher de soleil

Sans grande surprise, il y a un spot réputé pour le coucher de soleil ici ! A 17h, on prend donc la navette direction Yaki Point. Avec le soleil couchant, l’air se fait de plus en plus frais. Le vent se lève, et on se rappelle vite qu’on est en novembre malgré nos gambettes à l’air ! Mais on résiste, le spectacle en vaut la peine ! Les couleurs sont sublimes… Aussi bien sur la roche du canyon qui rougit gentiment que dans le ciel avec le soleil qui se couche sur le plateau. Comme à Horsehoe Bend, le vide devant nous parait encore plus profond, plus impressionnant, plus insondable.

Il n’est que 17h30 mais avec la nuit déjà tombée, on rejoint déjà notre « resort » pour la nuit. On dort cette fois dans un grand ensemble hôtelier qui propose plusieurs formules d’hébergement. On sera dans une grande chambre qui a le mérite d’être pratique à défaut d’avoir du charme ! Le parc accueille de nombreux visiteurs, ça a un côté un peu usine avec la grande « cantine » en self service mais il faut reconnaître que c’est bien pratique de pouvoir dormir directement dans le parc, sachant que les villes les plus proches se trouvent à environ une heure de route.

Marcher au bord du vide

Le lendemain, avant de prendre la route pour boucler notre road-trip à Las Vegas, nous avons prévu une petite randonnée pour mieux appréhender le canyon. Bon petite… une douzaine de kilomètres quand même !

Au programme, une courte descente dans le canyon par l’un des fameux chemin de randonnée et surtout une longue exploration des bords du Canyon. Rendez-vous donc au village où une navette nous emmène à Hermit’s Rest, l’extrême limite est du parc sud. Pas que le canyon finisse là, mais au-delà de ce point, plus de route !

Pour envisager de descendre au fond du canyon, il y a plusieurs éléments à prendre en compte : les différences de température par exemple, mais aussi et surtout ne pas surestimer sa condition physique. Même si la descente est tout à fait réalisable jusqu’au fond du canyon en une demi-journée, il ne faut pas oublier que le retour ne sera que de la montée ! C’est pour cela que l’aller retour est déconseillé sur 1 journée. De notre côté, on se contentera de descendre pendant une petite demi-heure. Cela permet déjà d’avoir une autre perspective et de voir de plus près les différentes strates de roches.

Pour revenir au village et à la voiture, on choisira de longer la faille, de point de vue en point de vue. Le soleil est au rendez-vous et on découvre de nouvelles nuances sur la roche, l’effet de profondeur est différent également. C’est magnifique et étourdissant à la fois, surtout lorsque l’on marche tout près du vide !

Et puis, autre joli souvenir de cette balade : le pique-nique au soleil, avec une vue royale ! De quoi répondre des forces avant de prendre la route pour rejoindre notre dernière étape… Las Vegas !

Alors, le Grand Canyon, plus fou que Antelope Canyon ? 😵

Tags : ,

2 commentaires

Époustouflant.. .Marc est d’accord avec moi!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.