Avoir un enfant à San Francisco

- par dans

Si c’est le calme plat par ici depuis le mois de Novembre, ce n’est pas vraiment un hasard! Le confinement est toujours en place et limite nos déplacements, mais aussi et surtout, nous prenons soin d’un petit Californien désormais !

Je ne suis pas à même de faire une réelle comparaison avec ce qui se pratique en France, mais vous aurez ci-dessous une petite idée de comment ça se déroule. Si vous avez des questions supplémentaires, n’hésitez pas !

Le suivi général

J’ai eu une bonne douzaine de visites de suivi de grossesse au total, principalement avec une sage-femme qui m’a accompagné pendant 9 mois. J’avais pris de mon propre chef un rendez-vous chez mon généraliste au tout début. J’ai du insister pour avoir une prise de sang pour confirmer la grossesse (que j’ai donc payé environ $180…). La médecin voulait juste savoir si j’avais fait plusieurs tests pour « s’assurer » que j’étais bien enceinte!

J’ai fait 90% de mes visites toute seule, à cause de la pandémie… La première a eu lieu début avril avec une première échographie (à environ 2 mois). La sage-femme m’a autorisé à appeler Bastien en vidéo pour qu’il puisse être un peu là! La seule fois où Bastien a pu venir en personne a été pour la grosse échographie des 5 mois où nous avons aussi appris le sexe du bébé. On l’a vu sous tous les angles et même en 3D grâce à une machine qui a fasciné le futur papa !

J’allais dans un centre médical tout neuf avec tout sur place, très pratique ! En sortant de mon rendez-vous, je pouvais aller faire les prises de sang et autres tests au laboratoire du bâtiment. Prise de température et masque ont aussi accompagné toutes mes visites. Malgré le contexte, j’ai vraiment été bien accompagnée, avec un accès en ligne à mes résultats et la possibilité d’échanger avec la sage-femme par message si j’avais des questions.

J’ai eu rendez-vous environ tous les mois à partir du 5e mois, puis toutes les semaines à partir de 35 semaines. 40 minutes de marche aller qui m’ont bien maintenu en forme! 2 échographies, une troisième très rapide pour vérifier le placement de bébé, mais prises de mesure de la taille de mon ventre et de ses battements de coeur systématiques. On ne m’a jamais fait de remarque sur ma prise de poids.

La seule différence qui me vient vraiment, a été la proposition de faire un test pour éliminer les risques de maladies génétiques (une prise de sang pour moi, un prélèvement salivaire pour Bastien). Et cela en complément des tests routiniers de dépistages des trisomies 13, 18 et 21 qui sont menés par l’état de Californie. Dans le cas du test génétique c’est une entreprise privée qui s’en charge et c’est payant (et cher!) mais pris en partie en charge par l’assurance. Rien d’inquiétant pour nous, mais j’ai pu faire des découvertes sur mes gènes !

Dans le contexte de 2020, tous les cours de préparation à la naissance ont été fait par vidéo. On en a choisit un enregistré que l’on pouvait faire à notre rythme. On a aussi visité la maternité par vidéo, avec une session par zoom avec d’autres futurs parents pour poser quelques questions.

Ce suivi a donc été particulier surtout à cause de la pandémie, plutôt que par les particularités liées au pays.

La naissance

L’accouchement a eu lieu dans la maternité juste en face du centre médical où j’ai été suivi, avec donc la même équipe. Je m’y suis inscrite 2 mois avant, pas la peine de le faire plus tôt. La sage-femme qui m’a suivi est d’ailleurs venue me rendre visite le lendemain. Un bâtiment tout neuf, ouvert en mars 2019 où notre séjour a été plutôt confortable malgré les restrictions dues au Covid.

Au moment de l’admission, après le passage par le triage, on m’a affublé d’un bracelet avec un code barre. Par la suite, à chaque moment où on est intervenu sur moi (pour me faire une prise de sang, donner un cachet, mettre une intraveineuse…) et ce jusqu’à mon départ, j’ai été scannée ! Pour le suivi entre les équipes mais aussi pour la facturation ! 🤑

La salle de naissance était très grande, avec beaucoup d’espace pour marcher (tant qu’on le peut ! 😬), un grande salle de bain avec douche et une banquette-lit pour le partenaire. Au final j’y ai passé plus de temps couchée que debout mais c’était un espace agréable, avec lumière tamisée et une jolie vue sur la ville, en plus de tous les équipements nécessaires bien sûr !

Comme le travail a été très long, on a vu plusieurs équipes se succéder. A chaque fois, les infirmières, sage-femmes et gynécologues étaient très sympathiques et nous expliquaient en détail ce qui se passait. A aucun moment, le fait que tout se déroule en anglais n’a été un problème. Même quand on a eu quelques épisodes un peu stressant, on s’est senti bien entourés.

Après la naissance de bébé, nous avons été transférés dans la partie suites de couches. Une plus petite chambre cette fois mais assez confortable, avec idem une banquette-lit pour le partenaire. Le premier bain de bébé a été fait sans nous, covid oblige. La nurserie n’était pas ouverte et nous n’avons pas pu assister aux soins. Nous sommes restés deux jours et demi (2 nuits), un délai plutôt classique ici après un accouchement normal. Malgré la fatigue, j’avais très hâte de rentrer chez nous. Clouée dans un lit depuis 3 jours sans pouvoir marcher, je voulais vraiment changer d’environnement ! Et puis les allées et venues incessantes des infirmières qui allument la lumière pile au rare moment où on arrive à dormir c’était contre productif ! Tout le monde allait bien, donc je préférais être dans le confort de mon lit, même si rentrer avec bébé était un peu angoissant.

Le coût

C’est sans doute là que la différence sera la plus criante ! Deux détails importants d’abord: notre assurance est plutôt bonne et nous a permis de ne payer qu’une petite partie voire zéro de certaines interventions ou tests. Ensuite, le centre médical et l’hôpital où j’ai accouché sont privés et donc plus chers que l’hôpital public. Je trouve le fonctionnement du système de santé et des assurances très très compliqué alors je ne me lancerai pas dans des explications plus détaillées. Chaque cas est presque unique, et si on est motivé il est même conseillé de disputer chaque facture. Pour certaines, j’ai demandé des explications et j’ai bien fait, l’assurance s’était trompée !

Selon mes rapides calculs (je n’ai pas eu envie de me replonger dans les détails plus que ça), nous avons déboursé un peu plus de $4,000 sur un total qui doit approcher des $80,000. L’accouchement et le séjour à la maternité représente plus de $60,000. Comme j’avais mon petit code barre, sur la facture on peut voir chaque comprimé que j’ai avalé, chaque dose d’intraveineuse, de péridurale, les tests (sanguins, covid… ). Nous avons aussi reçu la facture de la gynécologue, ainsi que celle de l’anesthésiste. Ça fait un peu bizarre quand on voit les totaux et qu’on ne sait pas trop ce que l’assurance va prendre en charge ! 😬

Et voilà, vous en savez plus sur le suivi d’une grossesse, du moins la mienne, très simple, agréable et sans complication. Au final, l’aspect le plus compliqué dans cette aventure a été de vivre tout ça seuls: loin des proches mais aussi et surtout sans soutien qu’on aurait pu trouver ici hors pandémie. Même l’achat des affaires de bébé était plus compliqué avec tous les magasins fermés et les contacts plus compliqués pour tout ce qu’on a acheté d’occasion.

Une expérience pas ordinaire qui nous a donné notre extraordinaire petit californien (oui rien que ça!).

4 commentaires

Le petit cadre où il y avait les infos, c’était sur la porte de votre chambre ? De la salle de travail ? C’est un peu comme le projet de naissance ?

Sacrée facture !! En France on reçoit aussi la facture avec tous les détails c’est instructif de voir tous les « gestes médicaux » reçus ! Et ça fait « peur » de voir la facture avant assurance maladie !

C’était dans la salle de travail. Pas un projet de naissance non, juste un rappel de certaines infos et le but principal à ne pas oublier : healthy mum, healthy baby, qui est un peu le projet de naissance ultime !^^ on avait un « birth plan » préparé selon les recommandations de la maternité avec certaines préférences qui été discuté avec l’équipe.

En France, on ne se rend pas vraiment compte du coût réel d’une prise en charge à l’hôpital.
Donc je trouve cette facture intéressante. Mais ça doit être une déformation professionnelle !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.