Yosemite National Park

- par dans

Il nous aura fallu attendre plus d’un an pour partir à la découverte d’un des plus fameux parcs de Californie… Yosemite (à prononcer yoh-SEM-i-tee). Et quelle meilleure occasion que celle de rejoindre des amis qui terminent leur road-trip dans l’Ouest Américain ? Nous voilà donc partis mi-mai pour un joli week-end prolongé dans les montagnes de la Sierra Nevada. Vous êtes prêt pour du grandiose ?

Prendre de la hauteur à Glacier Point & Sentinel Dome

Le parc national de Yosemite est très grand ! Pour mieux l’apréhender, il est découpé en quatre régions géographiques : High Sierra au Nord,  Granite Cliffs autour de la vallée, Sequoia Groves et la vallée elle-même. La High Sierra n’ouvre que très tard dans l’année à cause de la neige. Pour notre première fois dans le parc, on a choisit d’aller d’abord explorer les environs de la vallée. Et notre premier stop sera à Glacier Point qui a l’avantage d’offrir une vue à quasi 360 degrés sur toutes les autres régions. On en prend plein les yeux dès l’entrée du parc mais il est vrai que dominer la vallée et apercevoir au loin les cascades, les sommets enneigés et deviner tout ce qui se cache au loin présente quand même un certain attrait !

A Glacier Point, on peut rejoindre de nombreuses randonnées et descendre dans la vallée qui apparaît bien loin en contre-bas. En cette jolie période de printemps, on a la chance de profiter des cascades avec un fort débit encore alimenté par les neiges des sommets. On commence aussi à découvrir un petit animal énormément présent dans les environs : les chipmunks (tamias en français) qui nous courent quasi entre les pieds !

Après avoir fait le tour des points de vue de Glacier Point, on se dirige vers Sentinel Dome pour une courte randonnée qui nous emmène sur un autre panorama. On se retrouve ici sur une sorte de dôme (bien nommé quand même hein ?) de roche quasi nue. D’ici aussi la vue est splendide et si on aperçoit moins la vallée, on bénéficie par contre d’une vue dégagée à presque 360°. Encore des cascades, des monts mythiques (El Capitan ou Half Dome qui font rêver plus d’un escaladeur), des forêts… C’est une magnifique façon de découvrir le parc, de mieux saisir son ampleur et sa diversité et ça donne sacrément envie d’aller arpenter tous les sentiers à disposition !!

Avant de rejoindre notre auberge de jeunesse du soir, on s’arrêtera sur la route à la fameuse Tunnel View qui offre une vue plongeante sur la vallée, puis à Bridalveil Falls, une première petite cascade à l’entrée de la vallée pour nous mettre en condition pour la suite !

A l’assaut de Upper Yosemite Falls

Le lendemain, accompagnés par Julien et Emilie, nous voilà partis pour aller voir de plus près une autre cascade. Et pas la moindre ! On part tout simplement faire une randonnée de 12 km aller-retour avec un dénivelé de 800 m. Grosso-modo, l’aller en montant pendant 3h et le retour en descente, un poil plus rapide mais tout aussi « challenging ». Autant vous dire que c’est une des randonnées les plus dures qu’on ai fait jusqu’à présent!

Le chemin serpente non loin de la cascade et on peut bénéficier de jolies vues sur l’eau qui tombe dans la vallée. Les marches du sentier sont assez hautes et caillouteuses… On sent bien travailler les cuisses, il commence à faire chaud déjà… Ça sera une sacrée ascension !

La récompense est celà dit largement à la hauteur du challenge. La vue est superbe et pour ceux qui n’ont pas trop le vertige, on peut s’approcher de la cascade à flan de falaise. On domine alors la vallée avec la vacarme de l’eau tout à côté… C’est étourdissant !

La pause pique-nique au sommet nous requinque comme il faut pour attaquer la descente. Il est possible de continuer la randonnée encore plus loin et haut mais on laissera ça à nos deux compagnons marathoniens !

Et pour voir un peu comment les saisons impactent la nature dans le parc, rendez-vous sur cette page où vous pouvez voir la situation actuelle des Upper Yosemite Falls.

Rando humide sur le Mist Trail jusqu’aux Vernall Falls

Le lendemain, Émilie et Julien repartent vers l’aéroport après leur road-trip mais il nous reste un peu de temps avant de rentrer sur San Francisco. Nous partons donc faire une randonnée dans le fond de la vallée. Encore une fois, il est question de cascades ! Mais le dénivelé est beaucoup plus amical, et on se retrouve cette fois-ci vraiment très proche de l’eau.

Le nom de la randonnée, le Mist (petites gouttelettes) Trail vous donne un petit indice sur ce qui nous attend… Après avoir admiré les débit d’eau depuis un pont, nous voilà partis pour l’ascension au plus près de la cascade. L’eau jaillit et nous éclabousse d’un côté et la paroi humide couverte de mousse de l’autre nous empêche d’y échapper! Les escaliers sont glissants, et on ne voit bientôt plus que comme dans un kaléidoscope à travers nos lunettes couvertes de gouttes. C’est cela dit très beau avec les arcs-en-ciel qui se créent sous les rayons du soleil.

Arrivés en haut de cette première cascade appelée Vernall Falls, nous faisons comme tout le monde : on s’arrête au soleil pour se sécher un peu, profiter de la vue et reprendre quelques forces! Un peu comme les vagues sur la plage, je trouve les cascades fascinantes. Toute cette force emmagasinée depuis les sommets enneigés qui déboule à toute vitesse et sculpte les roches sur son chemin. Il y a quelque chose d’assez hypnotique à regarder cette eau tomber infiniment.

Plutôt que de pousser jusqu’à Nevada Falls, la deuxième cascade que l’on aperçoit au loin, on choisit de faire une boucle qui nous amène au-dessus de Vernall Falls. Nos mollets tirent encore pas mal, pas tout à fait remis de nos exploits d’hier mais on est récompensés par une vue splendide et un sentier bien moins fréquenté.

La vidéo du voyage

Quelques conseils pratiques

Yosemite est un parc très populaire, si ce n’est le plus populaire de Californie. Il est fermé à moitié en hiver à cause de la neige et la saison où la totalité du parc est accessible est donc relativement courte. Il y a donc très souvent beaucoup de monde:

– privilègiez les visites en semaine si possible

– réservez votre logement longtemps à l’avance, en particulier si vous voulez dormir dans la vallée. On a pas spécialement d’endroits à vous recommander mais il y a deux motels le long de la route 140 pas très loin d’une des entrées du parc. Selon la saison, les prix varient mais les chambres sont correctes, équipées de mini cuisine avec quelques options courses ou dîners aux alentours : Yosemite View Lodge ou Cedar Lodge.

– comme dans tous les parcs nationaux, suivez les instructions des rangers, notamment par rapport aux ours et aux quantités d’eau à avoir sur soit pendant les randonnées.

– trouver un endroit où vous garer le matin, puis utiliser les navettes gratuites si vous voulez changer d’endroit. Les parkings sont souvent plein.

Sur notre page Facebook, on vous avait parlé des flammes qui menaçaient sérieusement le parc cet été… Le Ferguson fire est désormais complètement éteint et le parc a pu rouvrir ses portes fin août. C’est toujours désespérant de voir des endroits si magnifiques dévastés par les flammes.

Tags : ,

2 commentaires

Splendide ! Merci pour les photos, ça donne envie ! 😍 Je te rejoins sur le côté fascinant des chutes d’eau, comme les flammes d’un feu ou les vagues 🤩

Mais oui! 🌊 Et Yosemite c’est juste à 4h de route de San Francisco 😅

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.