De retour à Los Angeles

- par dans

Après une première visite surprise en juillet dernier où on avait pu découvrir le L.A. côté plage, on a eu envie d’y retourner pour découvrir un nouvel aspect de cette ville si complexe. Un petit week-end de 3 jours début mars et nous voilà partis pour un programme très hétéroclyte !

DTLA & cie

Pas le quartier le plus populaire quand on pense à Los Angeles et loin des clichés de Venice Beach ou Santa Monica. Mais on aime bien découvrir les endroits un peu différents et moins touristiques. Downtown Los Angeles (DTLA pour faire américain) c’est surtout des grands buildings et un quartier en plein renouvellement. On peut cependant y admirer des très beaux exemples d’architecture du début du siècle. Bon, avec la pluie qui tombait ce jour là, lever la tête pour voir les bâtiments dans leur totalité n’était pas la chose la plus agréable!

Après notre arrivée tôt samedi matin, nous avons arpenté les rues autours de DTLA, en commençant par un petit déjeuner dans Arts District. Des bâtiments en briques, entrepôts plus ou moins rénovés, du street art… tout ça donne un air bien « arty » au quartier. On rejoint ensuite Little Tokyo et on passe dans la mignonnette Japanese Village Plaza où on trouve bien sûr restaurants et boutiques japonais.

Pour rejoindre la gare de Union Station, on traverse un petit no man’s land en ce samedi matin : un quartier de bureaux désertés et des ponts sur des grosses autoroutes. C’est très courant ici, la ville est tellement grande! La gare d’Union Street est très jolie avec sa décoration des années 30 et vaut bien ce détour pas très intéressant. Dans le même coin, on trouve une des plus vieilles rue de Los Angeles, là où le premier village des colons espagnols était installé au XIXe siècle. Il s’appelle « El Pueblo de Los Angeles Historic Monument« . C’était alors le centre de la ville à partir de 1781. On y trouve les plus vieilles maisons de Los Angeles parmi lesquelles la Avila Adobe construite en 1818. C’est un peu surprenant de se retrouver là dans une ville comme Los Angeles! La maison abrite un petit musée gratuit qui illustre la vie des colons espagnols de l’époque. Un peu plus loin, on trouve une des plus anciennes casernes de la ville, un petit espace bien fourni en pièces de l’époque et sympa à découvrir. A côté il y a aussi la Pico House, un extravagant hôtel construit en 1870. Il est maintenant géré par les monuments historiques de la ville.

Retour à la modernité en revenant vers le centre de DTLA. On commence par un bon raté : je pensais qu’on pourrait monter dans la tour du City Hall pour admirer la vue mais le City Hall est fermé le samedi… Si vous y passez en semaine c’est gratuit ! On traversera donc Grand Park pour rejoindre le Walt Disney Concert Hall conçu par Frank Gehry et qui accueille la Philharmonie de Los Angeles. Un très beau bâtiment qu’il est possible de visiter. Pour nous, la balade se poursuit vers le Sud de DTLA.

On passe devant The Broad, le musée d’Art Moderne avant de bifurquer vers Angel Flight Railway. C’est un mini funiculaire (apparemment le plus petit au monde). L’original a été construit en 1901 et était la vedette du quartier alors très en vogue. Il a été ensuite réhabilité à la fin des années 1990 et on l’a récemment aperçu dans le film La La Land.

En bas du funiculaire, on arrive à Grand Central Market. Une sorte de grande halle où on trouve toutes les cuisines du monde, comme dans un grand marché de plus ou moins fast-food. C’est bondé à l’heure du déjeuner alors on se contentera de regarder cette drôle de cohue qui se forme à chaque étal et où slalomer entre les gens chargés de nourriture devient un vrai sport.

Après une jolie pause dans un aussi joli café tout tranquille, on choisira de rester au sec en visitant une librairie un peu folle et le Bradbury building, un magnifique bâtiment construit en 1893 qui témoigne de la splendeur que devait être DTLA à cette époque.

Universal Studios

Dimanche, journée consacrée Universal Studios ! On ne peut pas dire qu’on soit des grands fans des parcs d’attractions mais en étant à Los Angeles / Hollywood, il est difficile de passer à côté des studios de tournages. Il y a plusieurs options, Universal, Warner ou Paramount entre autres, et c’est vers la plus grosse machine que l’on s’est tourné – tant qu’à faire. En plus, en tant qu’habitants de la Californie, on avait droit à une petite réduction ✌.

Vous ne le savez peut-être pas, mais en moi se cache une fan de la saga Harry Potter, lue et relue de nombreuses fois. Alors mettre les pieds dans cet univers – certes plus inspiré par les films des studios Universal – c’est très tentant!! Autant vous dire que la partie Harry Potter est très bien faite et l’attraction principale vraiment très bien. Le château de Poudlard est joliment reproduit et l’attention donnée aux détails assez bluffante.

En plus de cet univers, il y a aussi celui des Simspons ! Welcome to Springfield ! Un espace petit mais assez marrant qui donne la sensation d’être plongé dans le dessin animé.

L’intérêt du parc est de mixer des attractions sur des films très connus (Jurassic Park ou Transformers) et la visite des vrais studios et décors. C’est d’ailleurs une des parties les plus intéressante et les Américains maîtrisent très bien ce genre de chose! Si vous avez déjà fait le Studio Tram Tour à Disneyland Paris… c’est le même principe en… 10 fois mieux !

Parmi nos attractions préférées :

  • Harry Potter and the Forbidden Journey – un roller-coaster avec images projetées assez époustouflant
  • Studio Tour – avec plusieurs attractions 3D (King Kong assez bluffante, Fast&Furious sympa mais moins impressionnante) et d’autres clins d’oeil assez marrants
  • Transformers 3D – dans la même veine que Ratatouille à DisneyLand Paris mais version gros robots cassent tout !
  • Moi, moche et méchant – on en attendait pas grand chose et c’était marrant et bien foutu !

Les autres attractions sont plus classiques : un roller-coaster très court pour Revenge of the Mummy, un parcours mouillé au milieu des dinosaures pour Jurassic Park (le côté un peu vintage est sympa cela dit), un vrai-faux roller coaster pour le Simspons Ride mais avec une mise en scène bien pensée, un parcours dans l’hôpital infesté de zombies dans Walking Dead (un peu gâché par une interruption technique au milieu!) et deux spectacles en live classiques mais très bien réalisés : Special Effect Show et WaterWorld.

On ne vas pas tout vous dévoiler si jamais la visite vous tente mais on a passé une très bonne journée en ne faisait quasiment jamais la queue et en profitant de toutes les attractions qui nous tentaient.

 

Hollywood Hills

Dernière journée à Los Angeles qui commence sous le soleil. Pour changer après cette journée dans un parc tout bétonné, nous voilà partis pour une randonnée à l’assaut des collines d’Hollywood. L’idée est de rejoindre le Hollywood Sign, qu’on ne peut approcher que de derrière. Le signe est complètement inaccessible, bien cloisonné derrière des hauts grillages et des hélicoptères surveillent régulièrement la zone… On ne plaisante pas avec le Hollywood Sign! On choisit d’attaquer la randonnée par le Wisdom Tree, un arbre isolé qui surplombent la ville et qui offre une vue dégagée sur la ville et le Griffith Observatory. Et il y a un drapeau américain pour parfaire encore plus la photo. Pas de bol pour nous, un épais brouillard (de pollution ?) gâche un peu la vue. On aperçoit quand même bien les Studios Universal sous un nouvel angle, et pas bien loin les plus petits studios Warner et leur fameux signe.

La rando tient plus du trail et ça monte sévère. Le chemin reste un peu rude jusqu’au signe – étroit, caillouteux – ce n’est clairement pas l’option la plus facile mais on est vite récompensés lorsqu’on se retrouve derrière ses grosses lettres blanches. Pour la descente, on choisira la voie la plus facile en suivant la route devenue piétonne. On arrive à un autre point de vue en dessous des lettres cette fois-ci. Et la randonnée se poursuit alors dans les jolies rues arborées du quartier d’Hollywoodland où on trouvera un joli café pour se revigorer!

Beverly Hills

Dernière étape de ce second séjour à Los Angeles : Beverly Hills. Ville à part entière qui fait tout de suite penser aux stars et aux strass. Les collines abritent des villas de célébrités parait-il et le quartier central est connu pour Rodeo Drive, là précisément où Pretty Woman fait une razzia de shopping dans les boutiques de luxe. Bon, on a pas croisé de stars ni fait de shopping mais la balade reste agréable. C’est le seul moment où une voiture aurait été appréciable pour pouvoir aller explorer les collines du quartier. On finira ensuite la journée en se promenant en direction du LACMA et du quartier La Brea pour manger un bout avant de prendre l’avion pour San Francisco.

 

Voilà pour cette deuxième expérience de Los Angeles ! Il nous reste encore pas mal de choses à y découvrir. Les quartiers d’Echo Park et Silver Lake, et puis la partie Ouest, Brentwood et Pacific Palisades et un peu plus loin Malibu. Oh et il y a un Disneyland aussi à L.A. ! Et vous, qu’est-ce que vous aimeriez voir à Los Angeles ?

Tags : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.